Les trois monothéismes

Juifs, Chrétiens, Musulmans entre leurs sources et leurs destins
(paru chez Seuil en 1992 et en poche en 1997)

 

UNE INTERROGATION TRAVERSE CE LIVRE: les trois courants monothéistes – Islam, Judaïsme, Christianisme – pourraient-ils un jour se supporter, se pardonner, non parce qu’ils relèvent du même Dieu et qu’ils sont “frères” (ce genre de fraternité produit plus de guerres que d’accords, plus de déchirements que d’ententes), mais parce qu’ils reconnaîtraient en eux le même type d’infidélité à ce qui les fonde? Parce qu’ils se reconnaîtraient enfants du même manque originel: chacun étant marqué d’une faille à l’origine, une faille qui n’est imputable à personne, en tout cas pas au voisin? Elle est intrinsèque à l’humain, et d’autres humains hors du champ religieux l’affrontent comme ils peuvent, la transforment de façon créatrice.