Evénements II

Psychopathologie du quotidien
(paru chez Seuil en 1995 et en coffret poche en 2001)
Je réagis à l’événement qui m’interpelle comme secousse d’être; j’y réagis par besoin de faire partager la secousse; cela m’amène à un partage de l’origine – car l’événement intense est ancré dans l’origine, dans l’être comme origine de ce qui est; y réagir n’a de sens pour moi que si cela produit une reprise d’origine, un ré-ancrage original. D’accord pour être déporté par l’événement, à condition de se ré-ancrer dans d’autres ports… Dans ce second tome, il y a des thèmes qui ne sont pas des événements au premier degré, mais des événements récurrents qui à la longue se gravent comme des symptômes, s’inscrivent comme des symboles – des calligrammes à déchiffrer. A “lire”.. Eh bien, ce qui s’évoque ici dans l’événement, c’est ce qui ne passe pas, ou qui revient et qui appelle une autre écoute.